Tout savoir sur le Kouign amann

Parlez-moi de de l’origine du kouign amann…

L’histoire veut qu’il soit né à Douarnenez et la légende raconte ainsi : « Le KOUIGN-AMANN a été inventé, en 1860, à DOUARNENEZ, Place Gabriel Péri chez Monsieur et Madame CROZON. Un jour de forte affluence au magasin, le boulanger Yves René SCORDIA a voulu approvisionner rapidement la boutique, il avait sous la main de la pâte à pain, du beurre et du sucre et comme il devait également connaître la technique de la pâte feuilletée qui consiste en un pliage successif de la pâte le Kouign-Amann est né. Le résultat fût surprenant : un gâteau feuilleté, gorgé de beurre et de sucre caramélisé avec un petit goût de beurre noisette et de fermentation sous une croûte dorée et caramélisée, c’est le KOUIGN-AMANN. » Notre histoire à nous est plus récente, notre voisin Yves Savina, boulanger au bourg de Mahalon, formé par son père ouvrier à Douarnenez dans les années 30 nous a transmis sa recette et initié Alain à la magie des multiples feuilles beurrées du Kouign amann.

Il n’y a qu’un seul type de Kouign amann, le douarneniste ?

En 1999, comme le précise Thierry Lucas, maitre artisan boulanger à Douarnenez, 17 boulangers pâtissiers se sont regroupés en association et œuvrent pour la valorisation du produit né sur leurs terres ! Ensuite chacun peut le faire à sa guise…

Je le prononce comment ce terme «kouign amann»?

La prononciation du terme « kouign » a été vue plus haut, celle de « amann » fera la différence entre le vrai et le faux connaisseur… ?! Entre la manne (nourriture des hébreux dans le désert selon l’ancien testament) et l’amant de Lady Chatterley, préférez la manne à l’amant…

Et maintenant, quels ingrédients me faut-il pour faire le kouign ?

Ici c’est encore plus simple que pour le Kouign : farine, eau et sel et levure pour la pâte à pain puis du beurre et du sucre ! Par contre il ne suffit pas de mélanger mais d’incorporer peu à peu le beurre et le sucre dans les multiples tours donnés à la pâte à pain… Un tour de main à acquérir à force de répétitions .

Je m’y prends comment pour associer ces ingrédients et réaliser ce fameux kouign ?

Faites une pâte à pain et laisser la reposer 1 heure. Mélanger le beurre et le sucre. Étalez la pâte à pain et recouvrez là du mélange beurre/sucre au milieu. Étalez le mélange en veillant à laisser le pourtour libre. Recouvrez le mélange par le pourtour de pâte. Étalez le tout au rouleau, repliez le tout et faites ainsi 2 tours simple, puis une boule façon aumônière. Retournez l’ensemble dans un plateau, passez un pinceau trempé dans du lait ou de l’œuf et faites-y des traces au couteau… mettez le tout au four à 180°c pendant 35 mn. Retirez et dégustez en vous léchant les doigts de plaisir… beurré et sucré !

Je le consomme et je le sers de quelle manière ce kouign amann ?

S’il sort du four nul besoin de le réchauffer. Sinon chauffez votre four à 200 degrés, une fois bien chaud, éteignez-le et laissez votre kouign amann profiter de la chaleur pendant 10 à 15 minutes… Il faut qu’un peu de beurre en coule… et alors coupez le à la manière d’une tarte et dégustez-le en vous léchant les doigts… Ar baradoz (le paradis en breton) !!

Et dites-moi, il est riche en calories ce kouign amann ?

Toujours du beurre, donc bon pour la vue, et aussi du sucre, pour l’énergie de la journée au bord de la mer ou en campagne !

Maintenant, je le conserve où et comment mon kouign amann ?

Riche en beurre, il se conserve malgré tout une petite semaine, mais s’il fait chaud, mettez-le au réfrigérateur dans son emballage (en papier sulfurisé, protégeant des tâches de beurre)

Mon cœur balance entre un kouign et un kouign amann…

Ne balancez pas trop, craquez pour les deux ! Ils sont si proches par les ingrédients (beurre et sucre et pâte à pain), mais si différents de goût, de texture et d’usage, même s’ils sont bien nourrissants l’un comme l’autre ! Le kouign est plus proche de la brioche ou d’une viennoiserie, se déguste avec un peu de beurre ou confiture, un thé ou café, frais ou passé au gril pain. Tandis que le kouign amann, est plus proche d’un « millefeuille » plat avec beurre et caramel, donc tire plus vers le dessert, délicieux aussi avec une boisson chaude… Ma doue beniget (Dieu béni en breton, prononcer ma doué béniguet)